Le jeu du Tarot

C’est un jeu et ce n’est pas un jeu…

C’est un livre…

C’est un oracle et ce n’est pas un oracle…

Apparu au 17éme siècle, le Tarot dit de Marseille est le plus fascinant de tous les outils initiatiques, du moins pour ceux qui lui conférent cet attribut. S’il est composé de 78 cartes, seuls les 22 arcanes majeurs nous intéressent (souvent).

La première lame : le fou, le mat n’a pas de chiffre et représente un homme qui marche un bâton à la main. Il entame son chemin initiatique qui va se poursuivre tout au long du jeu jusqu’à la dernière carte : le monde, qui boucle le cycle et revient au point de départ comme le jeu de l’oie.

Chaque arcane représente une étape de la vie de l’Homme avec ses apprentissages, ses joies, ses peines, ses malheurs et ses triomphes.

Les dessins illustrant le Tarot révèlent un patchwork d’influences :

  • Le christianisme pour la carte du monde avec les quatre évangélistes
  • L’astrologie et l’alchimie pour celles de la lune ou du soleil

Véritable miroir magique :

Le GRAND JEU du TAROT révèle à chacun sa vérité ou son illusion.

Le franc-maçon reconnaîtra les deux piliers Jakin et Boaz qui entourent la papesse, l’alchimiste : le souffre et le mercure dans le chariot , le cabaliste : les 22 chemins des séphirotes, le fameux psychanalyste Carl Gustav Jung y identifiera profusion de ses archétypes universels.

Si le tarot est devenu l’outil de travail des voyants et des médiums, il a aussi inspiré de grands artistes comme Salvador Dali ou NIKKI de saint PHALLE en ligne directe avec leur monde  imaginaire.

Texte de Eric Giacometti et Jacques Ravenne

« 50 piliers de l’ésotérisme » aux éditions Le courrier du livre