Les cartes qui illustrent viennent du Tarot de Marseille dEmilie Porte illustré par Laure de Matharel aux éditions Leduc

Pour simplifier, disons que la zone inférieure du corps est le siège des pulsions biologiques ; la zone supérieure, est celle de l’esprit. Entre les deux règne l’affectif dans la zone du cœur. La montée d’énergie va relier toutes ces régions et les faire jouer ensemble.

Regardez ce Diable bisexué : il est prêt à décoller et à quitter son piédestal. Il a deux seins comme une femme, mais aussi des organes génitaux d’homme : tout indique la vigueur de l’énergie sexuelle, le nom de cet arcane ne doit pas nous tromper, l’aspect négatif du Diable n’existe pas ici.

N’oublions pas que LUCIFER signifie porteur de lumière et qu’au front  la couleur verte rappelle l’émeraude qu’il perdit dans sa chute et dans laquelle fut taillé le Graal, sa coiffure ornée d’antennes montre qu’il est relié aux mondes spirituels (paganisme avec la divinité Cernunos) et les deux petits satyres  qui tiennent les mains cachées derrière leur dos ? LE DIABLE les garde retenus par la gorge, les pulsions sont attachées, canalisées dans cette montée d’énergie.

On ne mélange plus le désir du sexe et l’élan du Coeur : la problématique de l’amoureux est enfin une voie de solution qui vit dans l’énergie du Diable vit dans la conscience de l’instant. Il a une capacité inhabituelle à construire : tout semble se faire tout seul. L’être sort de la conscience analytique et rationnelle pour aborder aux rivages de la magie ordinaire. Le surnaturel affleure dans le quotidien. Les synchronicités se multiplient comme autant de clins d’Oeil.